2024
avril
Visuel Article Site (46)

Visite du service départemental d’incendie et de secours du Doubs

Les missions de secours d’urgence sont principalement assurées par les sapeurs-pompiers, regroupés au sein des Services Départementaux d’Incendie et de Secours (SDIS).

Dans le département du Doubs, comme partout en France, 80% des Sapeurs-Pompiers sont des Sapeurs-Pompiers volontaires. 

Le service départemental d’incendie et de secours du Doubs compte dans ses rangs 2 600 Sapeurs-Pompiers Volontaires et 400 Sapeurs-Pompiers Professionnels.

Je tiens à remercier chaleureusement Monsieur Stéphane BEAUDOUX, Contrôleur général du SDIS 25 – Service départemental d’incendie et de secours du Doubs, pour son accueil et sa présentation des missions du SDIS 25 et la visite du Centre Opérationnel Départemental d’Incendie et de Secours (CODIS) qui gère les appels du 18 et du 112.

Le centre opérationnel répond à plus de 200 000 appels par an, soit en moyenne 35 000 interventions et plus de 32 000 victimes secourues.

Un grand merci à l’ensemble des Sapeurs-Pompiers pour leur dévouement et leur engagement au service de la population.

more
Visuel Article Site 26

« Vos commerces de la rue de Vesoul restent ouverts pendant les travaux ! »

Si depuis l’effondrement de la chaussée rue de Vesoul, la circulation est fermée les commerces de la rue de Vesoul restent bien ouverts. Il est important de continuer à les soutenir. 

J’invite les Grands Bisontins à conserver leurs bonnes habitudes et à se rendre chez les commerçants du quartier, qui auront toujours plaisir à vous accueillir !

Visuel Article Site 26 1
more
Design Sans Titre

Annonces de Gabriel Attal pour lutter contre la violence des mineurs

Pour les mineurs, il est impératif de restaurer l’autorité à tous les niveaux, dans la famille, à l’école et dans la rue ! 

Député, parent et enseignant, je ne peux rester insensible devant, l’aussi intolérable qu’effrayante, montée de la violence des mineurs. Le retour de l’autorité est un impératif. 

Ce jeudi, le Premier ministre, Gabriel Attal, a annoncé une série de mesures, destinées à restaurer l’autorité à tous les niveaux, dans la famille, à l’école, dans la rue, en présence de la ministre de l’Éducation nationale, du ministre de la Justice, de la ministre déléguée chargée de l’Enfance et des Familles et de la secrétaire d’état chargée de la Citoyenneté. 

« Je veux une école du civisme » a déclaré le Premier ministre pendant son discours. Il a affirmé le besoin d’un sursaut d’autorité, tout en précisant qu’il n’y avait pas d’émancipation possible sans respect des règles. 

Il a également lancé une grande concertation auprès des chefs d’établissement, des enseignants, des élus et des parlementaires, à laquelle je participerai évidemment de façon très active.

Les mesures annoncées par le Premier ministre le jeudi 18 avril : 

> RÉSEAUX SOCIAUX 

  • Contrôle de l’âge réel des jeunes qui s’inscrivent sur les réseaux sociaux et application de la majorité numérique (fixée à 15 ans) ;
  • Une commission d’experts va rendre ses conclusions fin avril pour réguler l’usage des écrans chez les jeunes. 

> JUSTICE DES MINEURS

  • Création d’une mission d’intérêt éducatif, qui sera l’équivalent des travaux d’intérêt général pour les mineurs de moins de 15 ans ;
  • Création d’une mesure de composition pénale afin de plaider coupable, pour les jeunes mineurs au-dessus de 13 ans ;
  • Ouverture de la possibilité d’exiger un accueil de nuit des mineurs dans des établissements de placement éducatif ;
  • Lancement d’une réflexion pour faire évoluer l’excuse de minorité et créer une comparution immédiate pour les mineurs de 16 à 18 ans.

> RESPONSABILISER LES PARENTS

  • Plus de fermeté pour les parents défaillants avec notamment des travaux d’intérêt général et des amendes pour ceux qui ne se rendent pas aux convocations du juge ;
  • Quand un enfant a causé des dégâts, les deux parents seront désormais responsables, solidairement, de la réparation financière, même si l’un des deux a quitté le foyer.

> ÉCOLE

  • Les protestations et les contestations de l’autorité de l’École doivent avoir des conséquences sur les diplômes et Parcoursup.En réparation, l’élève devra participer à des activités d’intérêt général au sein de l’établissement scolaire et respecter le règlement ;
  • Les élèves devront désormais tous se lever dès qu’un professeur rentre dans la classe ;
  • Lancement d’un contrat d’engagement à respecter l’autorité et les valeurs de la République entre les parents, les établissements et les élèves. À signer à chaque rentrée ;
  • Généralisation, à l’école primaire, de temps d’apprentissage du respect de l’autre et de la tolérance, parfois appelés cours d’empathie ;
  • Doublement du nombre d’heures de cours d’enseignement moral et civique.
  • Pour développer une culture du civisme, tous les élèves, dès le plus jeune âge, devront participer aux tâches communes au sein de leur établissement scolaire ;
  • Avant qu’un jeune ne tombe dans la délinquance, pour l’éloigner de ses mauvaises fréquentations, une place en internat sera proposée aux parents.
more
Visuel Article Site 25

Je vous invite à visiter le musée de l’église Sainte-Madeleine de Besançon 

J’ai eu le plaisir de visiter le magnifique musée des Bousbots, situé dans l’une des églises les plus emblématiques de Besançon, l’église de Sainte-Madeleine au coeur du quartier Battant.

Né en 1944, le musée possède des pièces remarquables. Trop peu connu, il dispose de collections remarquables de textiles religieux, de broderies de paille et d’objets insolites, qui retracent l’histoire et l’identité du quartier Battant à travers les siècles.

Je remercie M. Daniel Weber, président de l’association « MUSÉE – ASSOCIATION CULTURELLE SAUVEGARDE DU PATRIMOINE DE L’ÉGLISE MADELEINE » gestionnaire du musée pour cette visite passionnante. Merci à l’ensemble des adhérents de l’association pour leur engagement passionné au service de la sauvegarde du patrimoine. 

Le musée est ouvert de juillet à août et accessible sur réservation : https://www.musee-eglise-madeleine.fr . Je vous invite à visiter ce lieu unique chargé d’histoire.

more
Visuel Article Site 24

« Le budget 2024 de la ville de Besançon est celui du toujours plus de contraintes »

La majorité écologiste NUPES de Besançon annonce un budget 2024 à hauteur de 218 millions d’€, dont 45 millions d’euros d’investissements, et dévoile dans le même temps que 27 millions d’€ d’investissements n’auront pas été réalisés en 2023 !

Cette majorité fait le contraire de ce qu’elle dit et dit le contraire de ce qu’elle fait. 

Est-ce que cette municipalité facilite véritablement la vie quotidienne des Bisontines et des Bisontins lorsqu’elle supprime plusieurs centaines de places de stationnement, lorsqu’elle annonce rendre payant le stationnement du personnel de l’hôpital, des étudiants en médecine ou en soins infirmiers aux Hauts-du-Chazal ?

Sans compter le manque de transparence dans les projets. 5 millions d’euros de projets de voirie votés en conseil communautaire sans que les Bisontins et les élus d’opposition soient informés de leur contenu. Inadmissible !

Des voies de circulation sont supprimées, des rues placées un jour dans un sens, puis dans l’autre quelques jours après. Le dogme anti-voiture coûte très cher aux impôts des Bisontins !

Est-ce que cette municipalité favorise le dynamisme et la vitalité de Besançon lorsqu’elle éteint la Citadelle, emblème de notre ville, lorsqu’elle ralentit le développement de nouvelles zones d’activité économique, ou lorsqu’elle s’oppose à l’aménagement routier de la RN57 entre Micropolis et Beure ?

Nous avons la chance de vivre dans une ville magnifique, au patrimoine et à l’histoire exceptionnels. Elle mérite une autre vision, un autre projet, elle mérité de l’ambition. 

Depuis 4 ans, Besançon est devenue le terrain de jeu d’une idéologie écologiste punitive, décroissante et moralisatrice.

Le groupe des élus « Ensemble Bisontins ! » ne s’associe évidemment pas à ce budget, à ces méthodes qui placent les citoyens au service de leur ville alors que le bon ordre des choses voudrait que la ville soit le facilitateur de leur quotidien et de leurs initiatives.

more
Design Sans Titre

Échanges entre députés et personnes en situation de handicap intellectuel

J’ai eu le plaisir de donner la parole, à l’Assemblée nationale, à deux associations locales, Droits Devant 25 et Maloë 90, devant des députés, sur l’exercice de la citoyenneté et l’accès à l’information des personnes en situation de handicap intellectuel.

Ces deux associations œuvrent pour l’accessibilité, la citoyenneté et la reconnaissance des droits des personnes en situation de handicap intellectuel. En France, ce sont près de 850 000 personnes. 

Je remercie l’ensemble des participants, Romaric Vieille de la Fondation Pluriel pour l’organisation, les associations Droits Devant 25 et Maloë 90 et leurs présidentes Maryline Jeannier et Virginie Mettetal, les députés de leur présence et de leur partage d’expériences. 

Une société inclusive est une société qui se soucie de tous les handicaps.

more
Visuel Article Site (45)

Inauguration du café-restaurant multiservices à Mercey-Le-Grand

J’ai eu le plaisir de participer à l’inauguration du café-restaurant multiservices à Mercey-Le-Grand.

Implanté dans un bâtiment communal rénové, ce Café Restaurant Multiservices « O’ Deux Fontaines » est le premier du département du Doubs ouvert avec l’appui de « 1000 cafés » pour redynamiser la commune.

Olivier et Caroline Malewicz, gérants de « O’ Deux Fontaines », animent avec chaleur et convivialité ce lieu de rencontre et d’échange. Je leur souhaite une belle réussite.

Mes félicitations à Didier Aubry, maire de la commune, et à l’ensemble des élus de la commune pour cette belle réalisation. La présence de Rémi Bastille, préfet du Doubs, Annick Jacquemet Sénatrice du Doubs, Christine Bouquin, Présidente du Département du Doubs, Thierry Maire du Poset, conseiller départemental du canton de Saint-Vit, démontre le dynamisme de la commune.

more
Permanence De Proximite 3

Mes prochaines permanences de proximité à Torpes et Rouhe

Comme chaque mois, je vous donne rendez-vous pour mes permanences de proximité, cette fois-ci dans les mairies de Torpes et de Rouhe.

J’accueille sur rendez-vous chaque habitant qui souhaite me rencontrer et échanger sur une difficulté personnelle, un texte de loi débattu à l’Assemblée nationale, un projet, ou tout autre sujet que vous souhaiteriez porter à ma connaissance.

Je suis bien évidemment disponible en dehors de ces dates pour un rendez-vous à ma permanence parlementaire. Je peux également me déplacer auprès de vous, dans les locaux d’une structure ou tout simplement chez vous.

Pour prendre rendez-vous :

 laurent.croizier@assemblee-nationale.fr

09 80 81 44 80

À vendredi !

Permanences De Proximite 1904
more
more
Visuel Article Site 27

« Nous dénonçons le refus, par la Maire de Besançon, de la proposition de l’État de financer 70% de l’installation de nouvelles caméras de vidéoprotection »

La tribune des élus de notre groupe Ensemble Bisontins ! dans le magazine municipal de Besançon (BVV) d’avril/mai 2024 :

« Depuis 4 ans, Mme Vignot ne se préoccupe pas de la sécurité des Bisontins, se contentant d’appeler l’État au secours. C’est un des plus gros échecs de son (in)action et sans doute le plus choquant car les premières victimes sont les habitants les plus fragiles.

Nous nous engagés pour la création d’un 2nd commissariat à Besançon. Nous nous réjouissons de l’annonce du Ministre de l’Intérieur qui s’est également dit prêt à financer 70% de l’installation de 50 nouvelles caméras lui a répondu Mme Vignot, alors que nous répétons, comme M. le Préfet, M. le Procureur de la République et la police nationale, qu’elles contribuent à résoudre les affaires et à identifier les auteurs.

Avec 90 policiers supplémentaires et la force d’action républicaine, l’État est au rendez-vous des sujets de sécurité et de prévention à Besançon.

Nous sommes consternés face à cette posture idéologique qui refuse des moyens supplémentaires destinés à lutter contre la délinquance, les violences et les trafics.

Nous élus Renaissance, MoDem, Horizons, sommes aux côtés des habitants et ces derniers souhaitent plus de sécurité. »

Tribune Bvv Avrilmai 24
more
Visuel Article Site 22

« Nous devons mener une stratégie de harcèlement contre les dealers »

À Besançon, tout le monde ne déteste pas la police. 

Avec mes collègues élus du groupe Ensemble Bisontins ! nous saluons l’action de la police nationale et de la police municipale qui effectuent un travail exceptionnel au service de la sécurité des Français.

Il y a peu de métiers où porter un uniforme représente un danger mortel. C’est le quotidien des policiers ; la police est un pilier de la République, sans police la rue serait la loi du plus fort.

Parmi les enjeux de sécurité, il y a bien sûr la lutte contre le trafic de drogues.

Je suis personnellement opposé à la légalisation du cannabis pour des questions de santé publique. Quand on connaît les ravages de la consommation de cannabis, en particulier chez les plus jeunes, on ne peut décemment pas le défendre. 

C’est pourquoi je refuse l’expression de « cannabis récréatif ». Ça n’existe pas.

Les trafiquants vendent de la mort, de la mort pour les consommateurs et de la mort pour la jeunesse des quartiers. Les consommateurs doivent avoir conscience de cette réalité et intégrer qu’en achetant de la drogue, ils ont du sang sur les mains.

Il y a à mon sens, deux grands enjeux dans la lutte contre le trafique de drogues.

Les dealers de drogues ne doivent pas avoir le sentiment qu’ils peuvent vendre leurs substances sans craindre de danger. Nous devons mener une stratégie de harcèlement acharnée de la police nationale et de la police municipale en leur direction.

Ensuite, nous devons également permettre aux citoyens et aux associations de se réapproprier l’espace public qui leur appartient. 

Il n’y a que comme cela que nous parviendrons à mettre un terme aux points de deal, comme à Planoise.

more
Design Sans Titre

Entretien sur la formation continue des enseignants

J’ai eu plaisir à répondre aux questions de deux étudiants en Master de l’université Paris-Panthéon-Assas qui réalisent un mémoire de recherche sur La formation continue des personnels d’enseignement.

L’objectif de ce travail est d’évaluer et de mesurer l’effectivité réelle des politiques publiques.

La dernière partie de leur mémoire sera consacrée à des préconisations qu’ils auront développées en fonction des entretiens qu’ils ont menés.

C’est avec grande attention que je leur ai fait part de mon analyse et de mes propositions sous le prisme de mon expérience de professeur des écoles depuis plus de 20 ans et de ma fonction de député de la commission des Affaires culturelles et de l’Éducation.

Je suis heureux de voir ces étudiants porter un tel intérêt à la formation continue des enseignants qui permet de donner des clés d’adaptation aux évolutions du métier et de créer des perspectives de carrière.

Je les remercie pour la qualité de nos échanges.

more
Visuel Article Site (44)

MES RENCONTRES DU WEEK-END

🗳️ Cérémonie de citoyenneté de Dannemarie-sur-Crète

J’ai eu l’honneur de participer à la cérémonie de remise de la première carte électorale organisée par la commune de Dannemarie-sur-Crète.

Recevoir sa première carte d’électeur est le symbole de l’entrée dans la vie civique. 

Voter est un droit. Le droit de vote est le fruit d’un héritage. Rappelons-nous qu’il a été acquis lors de la Révolution française pour les hommes et que ce n’est qu’en 1944 que les femmes l’ont obtenu.

Merci à M. le Maire, Sébastien Perrin, pour son invitation et pour l’organisation de cette cérémonie solennelle.

🤝 Assemblée générale de l’Union locale CLCV

J’ai eu le plaisir de participer à l’assemblée générale de l’Union locale Consommation Logement et Cadre de vie (CLCV) à Besançon.

La CLCV compte 310 adhérents dans le Doubs. Elle fait un travail énorme pour défendre les droits et les intérêts des locataires et des consommateurs.

À Besançon, ce sont 25 bénévoles et 2 salariés qui s’investissent :

  • 3057 heures de permanence ;
  • 341 personnes reçues ;
  • Plus de 2700 heures de bénévolat.

Je tiens à remercier Sylviane Maxel, présidente de l’association, et l’ensemble de l’équipe pour leur engagement à toute épreuve.

more
Visuel Article Site 21

La réponse implacable du directeur de la police nationale à un adjoint NUPES de Besançon

« Je regrette que vous soyez présent en arme dans une assemblée républicaine »

Ces propos d’un adjoint de la maire de Besançon au directeur de la Police nationale révèlent le peu de respect et la défiance qu’ont ces élus NUPES à l’égard de la Police qui assure chaque jour la sécurité des Français.

Je veux redire mon soutien à nos forces de l’ordre qui font un travail exceptionnel.

La réponse de M. Cellier est implacable : « Je suis un policier de la République et je suis armé par la République. Et comme je suis policier, je porte mon arme. En 2002, au conseil municipal de Nanterre, un individu a tué 8 conseillers municipaux et blessé 19. Peut-être que s’il y avait eu un policier armé, ça ne serait pas arrivé. ».

more
Visuel Article Site (43)

Nouvel Inspecteur d’académie, directeur académique des services de l’Éducation nationale du Doubs

Je souhaite la bienvenue à Samuel Rouzet, nouvel Inspecteur d’académie, directeur académique des services de l’Éducation nationale du Doubs.

Je le remercie pour cette première rencontre, nos échanges ont été très riches : sectorisation du réseau d’éducation prioritaire, fermetures de classes, mise en place des groupes de niveau dans les collèges, inclusion des élèves en situation de handicap, statut des accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH), revalorisation salariale des enseignants…

more
more
Visuel Article Site (42)

Remise de l’insigne de chevalier dans l’Ordre du Mérite Agricole à Guy-Louis Anguenot

C’est avec un immense honneur que j’ai assisté à la cérémonie de remise de l’insigne de chevalier dans l’Ordre du Mérite Agricole à Guy-Louis Anguenot à Grandfontaine.

Fervent défenseur de la culture paysanne et de ses valeurs dans la littérature, Guy-Louis Anguenot a toujours décrit avec talent le patrimoine, le sens du travail acharné et l’amour de la terre franc-comtois. 

Ses livres ont reçu de nombreux prix littéraires : lauréat du prix comtois de littérature, du prix du Jura pour Kateline, du prix Louis Pergaud et du prix André Besson 2020, Guy-Louis Anguenot voit son parcours une nouvelle fois récompensé par cette distinction. 

Cette distinction, amplement méritée, remise par Daniel Prieur, maire du village de Pierrefontaine-les-Varans et président honoraire de la chambre d’agriculture, couronne son engagement sans faille et son dévouement pour la ruralité. 

Je tiens à lui adresser à nouveau mes plus sincères félicitations.

more
Design Sans Titre

Reconnaître la fibromyalgie comme une affection de longue durée

Lydia et Céline habitent ma circonscription. Elles font partie des 2 à 3 millions de personnes atteintes de fibromyalgie en France.

La fibromyalgie est une pathologie profondément invalidante qui se caractérise par des douleurs musculaires ou articulaires, chroniques, diffuses ou persistantes.

« J’ai des pertes de force au niveau des membres et trop de douleurs. Parfois, c’est mon mari qui en arrive à couper ma viande », « C’est comme si je brûlais de l’intérieur et qu’on m’enfilait des poignards ». Ce sont les mots que Lydia et Céline m’ont confié.

Ces symptômes entraînent une perte de vie sociale et professionnelle, et mènent à l’isolement.

Se déplaçant avec énormément de difficulté pour Lydia, en fauteuil roulant pour Céline, leur quotidien s’est fortement dégradé. Elles ne peuvent quasiment plus se déplacer seules, elles ne peuvent plus travailler, elles ne sortent quasiment plus de chez elles et sont totalement dépendantes de leur conjoint dont je salue le dévouement. 

L’Inserm souligne que les personnes atteintes de fibromyalgie sont plus fragiles face au risque suicidaire. Une commission d’enquête parlementaire en 2016 indiquait que la maladie pousserait 38% des personnes atteintes à une tentative de suicide.

Le principal combat de Lydia, de Céline et des associations est de faire reconnaître la fibromyalgie comme une affection de longue durée (ALD).

En effet, si la fibromyalgie est reconnue par l’Organisation Mondiale de la Santé depuis 1992, elle n’est toujours pas reconnue par la sécurité sociale en tant qu’affection de longue durée.

Ce manque de reconnaissance fait que les frais engendrés par la maladie ne sont pas intégralement pris en charge. 

Certains patients ont des prescriptions hallucinantes pouvant dépasser les 15 traitements médicamenteux par jour. Ce sont alors, chaque mois, plusieurs centaines d’euros de soins non remboursés.

Au regard de la situation de ces femmes et de leur souffrance, il m’apparaît urgent d’intégrer cette maladie à la liste des affections de longue durée dans l’objectif d’une véritable prise en charge des patients qui en souffrent.

more